La guérison de l’âme par La Vérité

Quelle est cette section ?… #La Vérité

Dans cet onglet, Dieu a mis sur mon cœur de vous faire un compte rendu des excellents enseignements. Entendus et restitués aussi fidèlement que possible avec quelques compléments que j’ai rajouté pour bien clarifié certains points. Ces enseignements sélectionnés sont des exhortations que chacun pourra mettre en application dans sa propre vie spirituelle.

enseignement_thumb[1]

 

Comment ?

Prenez le temps de les méditer, les comprendre.

Prenez le temps également de bien lire les références bibliques données. Vous devez toujours remettre toutes choses face à la Parole de Dieu, c’est primordial. Cette Parole n’est pas juste à comprendre avec son âme, comme n’importe quel autre livre. Elle va nourrir votre esprit, cet organe spirituel qui nous différencie des animaux et nous met en contact avec Le St Esprit.

N’ayez pas peur de vous laisser ébranler dans les profondeurs de votre être. Dieu agit, restaure, édifie et fait une œuvre libératrice par Jésus en tout ceux qui le désirent vraiment et sincèrement.

Rappelez vous que tout est par grâce pour celui qui d’un cœur repentant s’approche de Dieu à travers le sacrifice de son fils, Jésus. Ce ne sont pas vos propres œuvres qui vous ouvriront le chemin du Surnaturel et de la Foi Vivante mais simplement la grâce accordée.

 

“Et si j’ai des questions ?”

Pas de soucis ! Pas de prises de tête ! Juste une réflexion positive. Je me ferai un grand plaisir d’y répondre ! Vous pourrez les poser ouvertement dans le cadre “Laisser un commentaire”.

ALLONS Y !…

ETUDIANT_thumb[1]

LES BLESSURES INTERIEURES : La Guérison…2ème partie

                                                                                                                      (tiré d’un enseignement de JM Ribay

Cliquez ici pour la 1ère partie

RAPPEL :

Nous avons vu dans la 1ère partie, les 3 axes principaux à traiter par la Vérité :

La Culpabilité (envers Dieu)

Le Ressentiment (envers les autres)

L’Anxiété (envers soi)

Une personne blessée conjugue souvent les 3 en même temps.

Dieu veut non seulement guérir nos corps, mais également notre âme. Il est le seul qui peut descendre au plus profond de nous même. Souvenons nous que des millions peuvent prospérer sur un compte, mais que la peur de manquer peut toujours être source d’angoisse récurrente…

Tous nos problèmes entrainant des réactions anormales chez nous doivent être mis en lumière pour guérir.

Gen 3/8-10 : “Ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu qui se promenait dans le jardin au frais du jour. L’homme et sa femme se cachèrent de devant l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Et l’Eternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Ou es-tu? Et il dit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, car je suis nu, et je me suis caché.”

Dès le commencement, le 1er sentiment humain est la peur et la honte devant Dieu.

JEAN 8/32 : VOUS CONNAÏTREZ LA VERITE ET LA VERITE VOUS RENDRA LIBRE :

Quelle est cette vérité ? La nôtre ? non, notre vérité a un jugement erroné, hypocrite et mensonger, surtout si nous prétendons que tout va bien alors que c’est loin d’être le cas..

Cette vérité est la personne de Jésus, fait homme comme nous,  Dieu, notre créateur qui connaît tout de nous. C’est Lui qui va mettre à jour nos blessures pour les guérir.

la vérité brise nos chaines

Toutes les aides psychologiques que nous pouvons solliciter, ne serviront à rien, resteront stériles,  si elles n’amènent pas à Dieu. Pourquoi ? Car les blessures de l’âme ne peuvent pas être guéries par l’âme. Elles l’entrainent dans un système de pensées erronées et qui donc, n’est pas la Vérité libératrice.

Nous pouvons passer toute une vie à séduire les autres, à dissimuler, manipuler par soif d’être reconnu, admiré et n’être qu’un champs de ruine à l’intérieur… Hors, Dieu veut nous rendre Libre.

1thess 2/4 : “Mais comme nous avons été approuves de Dieu pour que l’Evangile nous fut confié, nous parlons ainsi, non comme plaisant aux hommes, mais à Dieu qui éprouve nos cœurs.”

Saül : le roi orgueilleux…

Saül, lui même, avait comme croyance qu’il devait être le plus grand et que personne d’autre ne pourrait ou devrait l’égaler. Il était rempli d’anxiété, tyrannisé par elle, à l’idée que quelqu’un puisse chercher à être comme lui. Où qu’il aille, il allait toujours sa lance à la main, prêt à la projeter sur le 1er “ennemi”.  Il ne gouvernait pas librement, son âme était prisonnière.

1Sam 18/11 : “ Saül leva sa lance, disant en lui-même: Je frapperai David contre la paroi. Mais David se détourna de lui deux fois.”

1Sam19/9-10 : “Alors le mauvais esprit de l’Eternel fut sur Saül, qui était assis dans sa maison, sa lance à la main. David jouait, et Saül voulut le frapper avec sa lance contre la paroi. Mais David se détourna de lui, et Saül frappa de sa lance la paroi. David prit la fuite et s’échappa pendant la nuit.”

Plusieurs fois Saül a “essayé” de s’excuser mais au fond de son cœur, il n’y en avait pas réellement l’envie. Il n’y avait pas la vraie repentance, celle qui permet de faire bouger le bras de Dieu.

1Sam 24/16-18 : “« Mon fils David, c’est bien toi qui me parles ? » Puis Saül commence à pleurer très fort. Saül continue : « C’est toi qui as raison, et moi, j’ai tort. Tu m’as fait du bien, et moi, je t’ai fait du mal. Aujourd’hui, tu as montré ta bonté envers moi. Oui, le SEIGNEUR m’a livré à toi, mais tu ne m’as pas tué.”

1Sam26/21 : “Saül dit: «J’ai péché. Reviens, mon fils David! Je ne te ferai plus de mal, puis qu’aujourd’hui ma vie a été précieuse à tes yeux. Je me suis comporté de façon stupide et j’ai commis une grande faute.»

Au final, Saül restera dans sa vérité, son système d’anxiété l’enfermant dans le mensonge qu’il fallait qu’il reste le plus grand pour dominer. C’est le contraire de Jésus qui n’a pas eu peur de s’humilier, connaissant sa véritable identité devant son Père.

Il est important de comprendre et accepter que notre système de pensées est faux et tous les jours, avec l’aide du St Esprit, lutter contre, les chasser et résister.

Saûl et son anxieté

Anne l’épouse triste…

Elle était femme d’Elkana en concurrence directe avec sa rivale, la 2ème épouse. Son coeur était meurtri car elle n’avait pas d’enfant alors que Peninna en avait. Elle se sentait humiliée, amoindrie, triste. Pourquoi ? car elle avait intégrée au plus profond d’elle même qu’une véritable femme avait des enfants. Elkana, lui même, essayait de la réconforter en lui montrant sa véritable identité féminine, mais rien n’y faisait.

1Sam 1/8 : “Elkana, son mari, lui disait: Anne, pourquoi pleures-tu, et ne manges-tu pas? pourquoi ton coeur est-il attristé? Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils?”

Chaque année, Anne montait à la maison de Dieu et la mort dans l’âme, priait et pleurait devant Dieu afin qu’Il lui accorde un enfant qu’elle Lui consacrerait. Dieu entend sa promesse de lui consacrer son fils en retour.

1Sam 1/12 : “Elle fit un vœu, en disant: Eternel des armées! si tu daignes regarder l’affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n’oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le consacrerai à l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête.”

Par une parole du prophète Eli Dieu lui confirme l’avoir exaucée. Anne reçoit la consolation et la guérison de Dieu à ce moment là. Elle repris confiance, se fortifia et tomba enceinte de Samüel.

1Sam 1/17-18 : “Eli reprit la parole, et dit: Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée! Elle dit: Que ta servante trouve grâce à tes yeux! Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même.”

Nous avons ici, un bel exemple de confiance en Dieu, consolation, guérison et restauration. Soyons des Anne !

 

Anne consolée par Dieu

David le roi injuste : 2Sam 18/1-33…

David doit faire la guerre contre l’armée de son propre fils Absalom. Il donne des ordres à ses hommes de ne pas faire de mal à ce dernier. Il a de la compassion pour son fils qui le déteste au point de vouloir le tuer. Pourtant  des milliers de ses hommes, sous son commandement et sa protection, vont donner leur vie pour le défendre… Le jeune Absalom mourut, suspendu à un térébinthe, transpercés par ses ennemis …

Lorsqu’on apporta la nouvelle de la défaite à David, celui-ci ne se réjouit même pas,. Il s’enquit tout de suite de savoir si son fils était toujours en vie. En entendant la réponse contraire, il monta dans sa chambre le pleurer, regrettant de n’être mort à sa place. Il y avait pourtant 20 000  morts…

Alors pourquoi ?

2Sam 11/1-26 : Cela remonte à l’adultère de David avec Bath-Schéba et la sentence de Dieu. Bien sur, l’Eternel lui a pardonné, mais une malédiction s’est abattue sur les descendants du roi.

2Sam 13/1-37 : Sa fille Tamar, plus tard, est violée par son frère Amnon qui la délaisse ensuite. Elle se réfugie chez son autre frère Absalom, qui lui dit de ne rien raconter de l’histoire. David l’appris, fut très irrité, mais ne punit pas Amnon son fils. Lors d’une fête, c’est Absalom qui vengera sa soeur. Il  investira ses serviteurs de tuer son frère. David pleura son fils pendant 3 ans et voulu recollé avec Absalom qui s’était enfui par peur des représailles de son père.

On peut voir à ce niveau les blessures et frustrations de David et son fils Absalom qui vont finir par se faire la guerre :

Absalom est déçu de son père qui est si fort en politique, mais ne défend même pas l’honneur de sa fille. Il doit faire justice lui même et rester sans nouvelles de son père pendant 3 ans. Il a donc le temps de continuer à remplir son coeur de haine et colère, au point de vouloir tuer le roi.

David, lui, suite à son pêché d’adultère et l’assassinat d’Urie n’arrive pas à se pardonner. Pourtant Dieu, Lui, avait pardonné et on le retrouve dans les psaumes écrits par David, dont le PS 51. Cependant, il est clair que ce dernier n’aura pas expérimenté la guérison.

Ainsi, ce déchainement de situations provoquent un état de culpabilité tel chez lui, qu’il n’a plus la juste valeur des situations, des ses décisons et réactions. Il s’ensuit donc l’injustice dont il fait preuve envers ses troupes qui se sont battues pour lui. Absalom, lui, est mort rongé par ses ressentiments. C’est son non pardon qui l’aura tué.

Face à cet exemple, nous pouvons facilement comprendre que nos blessures non guéries, ne nous desservent pas. Bien au contraire, elles enveniment les situations et les relations avec les autres.

Avec l’aide de Dieu, cherchons La Vérité qui va contrer le mensonge provoqué par la blessure et nous rendre LIBRE ! Cherchons Jésus !

repentancee

Donnez nous votre point de vue